train pour Lhasa

Voyage au Tibet : conseils pratiques sur Visa et permis de visite, Train ,

VOYAGE
Partage ce site avec vos amis Merci

Le Tibet est-il ouvert en ce moment ?

Le Tibet central est ouvert (sauf zones frontalières sensibles) : permis Tibet facile à obtenir ; le Tibet oriental est ouvert.Visa pour le Tibet (permis Tibet) : toutes les infos pour partir au Tibet en 2014

Le Tibet central devrait rester ouvert jusqu’à Mars 2015.

La carte ci-dessous représente l’ensemble des zones tibétaines avec les différentes restrictions d’accès (voir légende plus bas).

Légende :
En Rouge : ces zones sont interdites aux voyageurs étangers de façon permanente. Ces régions sont : la préfecture de Chamdo (7), les comtés de Mêdog et Zayü dans la préfecture de Nyingchi (6). Le comté de Cuona dans la préfecture de Lokha (5), le comté de Yadong dans la préfecture de Shigatsé (3) et le comté de Sertâr dans la préfecture de Garze (9).
En Jaune : ces zones sont accessibles aux voyageurs étrangers à condition d’obtenir au préalable le permis Tibet standard. Ces zones sont la municipalité de Lhassa (4), préfecture de Nagchu (2), et une partie des préfecture de Shigatsé (3), de Nyingchi (6) et de Lokha (5).
En Orange : ces zones sont accessibles aux voyageurs étrangers à condition qu’ils aient le permis Tibet plus un permis spécial militaire. Ces zones sont : préfecture de Ngari (1) où se trouve le mont Kailash, une partie du comté de Nyingchi (6).
En Violet : cette zone est accessible aux voyageurs étrangers à condition qu’ils aient le permis Tibet plus un permis spécial Everest : comté de Tingri dnas la préfecture de Shigatsé (3).
En Bleu : zones ouvertes la plupart du temps, mais qui ont connu récemment des courtes fermetures : préfecture de Graze dans le Sichuan (9).
En Vert : zones toujours ouvertes jusqu’à présent. Ces zones sont toutes dans le Tibet oriental : Shangri-La (8), comté de Muli (9), préfecture d’Aba (10), Qinghai (11), comté de Tianzhu et préfecture de Gannan dans le Gansu (12).

Carte du Tibet
Carte du Tibet

Les différents permis pour voyager au Tibet

Il y a 3 différents permis pour voyager au Tibet :

– Celui qu’on appelle couramment le permis Tibet est un document nécessaire à tout voyageur étranger souhaitant se rendre dans la région autonome du Tibet (donc à Lhassa…) Mais il n’est pas nécessaire d’avoir ce permis pour voyager dans le Tibet oriental. Le permis Tibet n’est pas un visa, il s’agit bien d’un document à part, qu’il faut présenter pour toute montée dans un train ou un avion à destination de Lhassa, et à présenter aux différents points de contrôles au Tibet.

– Le permis Everest est comme son nom l’indique un permis permettant de visiter la zone de l’Everest dans le comté de Tingri, préfecture de Shigatsé (voir zone en violet sur carte supra). Il est obligatoire en plus du permis Tibet pour visiter Tingri, le monastère de Rongbuk et bien sûr le Camp de Base Everest.

– Le permis militaire permet de se rendre dans certaines zones reculées du Tibet. La plus importante est la préfecture de Ngari, où se situe le mont Kailash, qui est le mont le plus sacré du bouddhisme tibétain et autour duquel il est possible de faire un trek de 3 jours (voir zone en orange sur carte supra). Ce permis s’obtient toujours en plus du permis Tibet.

Notez qu’il existe toujours des zones totalement inaccessibles aux étrangers, quelque soient les différents permis. Ce sont des zones plutôt frontalières, ou sensibles (comme la préfecture de Chamdo, anciennement partie du Kham et fermée aux étrangers depuis 2010).

Comment obtenir les différents permis Tibet

Pour voyager dans la région autonome du Tibet, vous devez obtenir un permis Tibet. Le prérequis pour obtenir ce permis est d’être titulaire d’un passeport ordinaire (non diplomatique) et d’un visa chinois, le Tibet étant administrativement une région de la Chine.

Sachez que vous ne pouvez pas obtenir de permis par vous-même. Vous êtes obligés de passer par un intermédiaire, le plus souvent une agence de voyage locale qui elle-même fera la demande aux autorités chinoises (bureau du tourisme au Tibet). Le bureau du tourisme au Tibet ne délivre des permis qu’à des agences, pas à des particuliers.

Il y a en gros deux façons d’obtenir le permis Tibet, selon si vous entrez au Tibet depuis le Népal ou bien côté Chine.

Obtenir le permis Tibet depuis la Chine avec un visa tourisme chinois (visa L)

Voici la marche à suivre pour obtenir le permis Tibet dans le cas où vous êtes à l’étranger (pas en Chine) et comptez vous rendre en Chine avec un visa L (tourisme) :

– Étape 1 : 3 mois avant votre arrivée prévue en Chine, vous devez demander le visa de tourisme en Chine auprès d’une ambassade ou d’un consulat chinois. Vous avez besoin des réservations des vols aller-retour pour la Chine, et éventuellement réservations d’hôtel. Cela prend 5 jours normalement, mais peut être fait en express pour le lendemain. Attention : le formulaire de demande de visa vous demande de préciser votre itinéraire. Nous vous recommandons fortement de ne pas indiquer votre passage au Tibet. C’est plus sûr et ils ne vérifierons pas de toute façon. Le visa chinois est assez facile à obtenir.

– Étape 2 : Une fois votre visa chinois obtenu, votre agence locale vous demandera de lui envoyer vos scans des passeports et des visas chinois. Trois à quatre semaines avant votre arrivée à Lhassa, votre agence se chargera d’obtenir le permis auprès du bureau à Lhassa. Le délai est de une à deux semaines en général (il faut plus de temps autour de Février et Octobre à cause des congés chinois).

– Étape 3 : Une fois en Chine, votre agent vous enverra votre permis Tibet. Dans le cas où vous prenez l’avion pour Lhassa, votre agent vous enverra l’original du permis à votre hôtel en Chine. Dans le cas où vous prenez le train, votre agent vous enverra normalement une copie par email : vous n’aurez plus qu’à l’imprimer et pourrez monter dans le train pour Lhassa.

L’avantage d’entrer au Tibet côté chinois, c’est que vous aurez visa et permis avant même votre départ.

Conseils pour obtenir le visa de tourisme chinois

Vous pouvez obtenir votre visa de type L (tourisme) depuis votre pays de résidence auprès d’une ambassade ou d’un consulat de Chine. Des agences existent aussi pour vous aider à faire le visa si vous n’habitez pas à proximité d’une ambassade.

Pour faire le visa, vous avez besoin au minimum de :

– Votre passeport (valide au moins 6 mois, et comportant au moins deux pages vierges), et une photocopie de la page ID du passeport

– Le formulaire de demande de visa complété avec photo. Le formulaire est téléchargeable en ligne à l’adresse située en fin de paragraphe

– Billets d’avion aller-retour pour la Chine

– Éventuellement réservation d’hôtels ou attestation d’hébergement

Notez qu’il s’agit là du cas le plus simple, pour un visa simple entrée depuis votre pays de résidence, nous vous invitons à prendre connaissance des documents nécessaires directement avec les services compétents. Le visa est généralement facile à obtenir.

Le visa ne peut être demandée que 3 mois avant la date d’arrivée en Chine au plus tôt. Cela prend une semaine environ en service normal, ou bien 1 ou 2 jours en service express.

Attention : il est préférable de ne pas indiquer que vous vous rendez au Tibet dans votre demande (théoriquement, le formulaire demande le programme détaillé)

Cas où vous vous rendez au Népal par le Tibet : Vous n’aurez donc pas de vol retour à présenter avec votre demande de visa. Dans ce cas, nous vous conseillons de réserver un vol annulable gratuitement au départ de n’importe quelle ville de Chine, à destination de n’importe quel autre pays (un pays voisin par exemple). Une fois le visa obtenu, vous pouver annuler le vol et récupérer votre argent.

Enfin, vous pouvez trouver toutes les informations complémentaires sur http://www.visaforchina.org/.

Obtenir le permis Tibet pour une personne résidente en Chine

Si vous résidez en Chine, et avez un visa autre que visa L tourisme), la démarche est la même que précédemment. La différence est que vous devrez fournir d’autres documents en plus des scans du passeport et du visa :

– Visa Z (travail) et Visa F (business) : vous devez fournir en plus une lettre de l’entreprise locale qui vous accueille vous autorisant à effectuer ce voyage. Voir un exemple ci-dessous.

Visa pour le Tibet (permis Tibet) : toutes les infos pour partir au Tibet en 2014
– Visa X (études) : vous devez fournir en plus une lettre de votre université vous autorisant à effectuer ce voyage.

Notez que ni le fait d’avoir un permis de résidence chinois, ni le fait d’être marié à une personne locale ni aucune autre raison ne vous dispensera de devoir faire un permis Tibet.

Obtenir le permis Tibet depuis le Népal

On peut entrer au Tibet en venant du Népal (par la route ou bien par un vol Katmandou – Lhassa). Dans ce cas la procédure est un peu différente et un peu plus compliquée : il faut se rendre au Népal sans visa chinois. En effet, pour entrer au Tibet depuis le Népal, vous aurez besoin de ce qu’on appelle un visa de groupe, ou visa collectif chinois. Si donc vous avez déjà fait un visa chinois avant de venir, celui-ci sera tout simplement annulé pour avoir le bon type de visa.

Voici les différentes étapes à suivre :

– Étape 1 : environ 3 semaines avant votre arrivée prévue au Népal, envoyez le scan de votre passeport à votre agence locale en Chine.

– Étape 2 : l’agence en Chine demande le permis Tibet et la lettre d’invitation pour le visa auprès du bureau du tourisme à Lhassa. Cela prend environ 5 jours. L’agence vous faxe ensuite les deux documents au Népal (ou à votre agent de voyage au Népal).

– Étape 3 : À l’aide de votre agent au Népal, vous devez vous rendre à l’ambassade de Chine à Katmandou, muni des documents ainsi que d’une photo d’identité. Les demandes ne sont acceptées que les lundis, mercredis et vendredis, avant 11h00 le matin. Cela prendra 2 jours minimum (il n’y a pas de service plus rapide).

– Étape 4 : Avec votre agent, vous devrez aller récupérer votre passeport avec le visa de groupe chinois. Le prix dépend de la nationalité du demandeur et de la rapidité à laquelle le demandeur veut le visa.

– Étape 5 : Vous pouvez vous rendre au Tibet ! Il y a deux possibilités : par avion avec un vol Katmandou – Lhassa, ou par la route (frontière à Kodari)

L’inconvénient d’entrer au Tibet depuis le Népal, c’est que la procédure est un peu plus complexe, et que vous obtenez vos documents au dernier moment.

Ce qu’il faut savoir sur le permis Tibet

– Le permis Tibet n’est pas un visa : ce n’est donc pas un document comme les autres visa qui permettrait d’entrer au Tibet avant une certaine date, et pour une durée limite. Le permis Tibet est plus que ça : ce document fait en fait 2 pages : la première indique les différentes étapes de votre séjour au Tibet, la date d’entrée et la date de sortie. Ainsi vous n’aurez pas la liberté sur place d’improviser un programme : vous devrez respecter le plan prévu de voyage. La seconde page comporte les informations de tous les participants du groupe (noms, prénoms, numéros de passeport, profession) : le permis Tibet est un document unique et commun à un certain groupe : tous les participants devront donc entrer et dortir du Tibet aux mêmes dates et suivre le même programme.

– Aujourd’hui, il n’y a plus de nombre limite pour constituer un groupe pour le Tibet. Ainsi une personne seule peut obtenir le permis Tibet et former un “groupe” de 1 personne. C’est l’ancienne règlementation de 2012 qui obligeait d’avoir 5 personnes minimum et de même nationalité pour demander le permis Tibet, mais qui a été annulée fin 2012. Maintenant, il n’y a pas d’obligation de même nationalité, par contre les ressortissants de certains pays (comme le Japon, ou le Vietnam) ne peuvent obtenir le permis Tibet. Cette règle est valable que l’on entre au Tibet côté chinois ou côté népalais également.

– Il n’est pas possible de rester longtemps au Tibet. Les séjours ne dépassent pas en général deux semaines. De plus on ne peut en pratique rester trop longtemps à un même endroit trop longtemps : par exemple Lhassa est une ville dont on peut globalement faire le tour des visites en 2 à 3 jours. Si vous demandez à rester plus longtemps à Lhassa, il est tout à fait possible que votre demande de permis Tibet soit refusée par les autorités chinoises.

Autres règlementations sur le voyage au Tibet

Les voyageurs étrangers au Tibet central (région autonome du Tibet) sont soumis à des règles, en plus de l’obligation d’avoir un permis Tibet.

– D’abord, vous êtes obligés d’être accompagnés d’un guide officiel local. Rassurez-vous, cela ne signifie pas que le guide sera à vos côtés 24h/24 pour vous surveiller. Cela signifie plutôt que vous êtes obligés de payer les services d’un guide par l’intermédiaire d’une agence locale. Vous devrez être accompagnés de ce guide pour aller dans certains site de Lhassa comme le palais du Potala, et aussi partout en dehors de Lhassa : il est impossible de se déplacer seul dans le Tibet central.

– Ensuite, vous êtes en dehors de Lhassa obligés de vous déplacer dans un véhicule de tourisme enregistré avec un chauffeur officiel (qui n’est pas le guide). Dans la ville de Lhassa, vous avez plus de liberté : taxi, bus. Par contre en dehors de Lhassa, il est tout simplement impossible de monter dans des bus publics (on vous refusera systématiquement la montée).

– Enfin, il est au Tibet central interdit de passer une nuit chez l’habitant. En tant que voyageurs étrangers, vous êtes obligés d’être hébergés dans des hôtels, ou bien auberges de jeunesse, chambres d’hôte, parfois tente (lors des treks ou au camp de base Everest).

Remarquez que ces règles ne s’appliquent pas au Tibet oriental, c’est pourquoi nous conseillons aux vrais routards ou à ceux qui souhaitent plus de débrouille ou de contacts avec la population locale de préférer le Tibet oriental. Vous pouvez visiter cette région sans passer par l’intermédiaire d’una agence, et de plus cette région est par certains aspects bien plus authentique que la région de Lhassa : ne surtout pas négliger cette destination !

En Mars 2008, des émeutes ont éclatés au Tibet à quelques mois des jeux olympiques de Pékin. Plus exactement le 10 Mars, jour de l’anniversaire du soulèvement de 1949. Depuis 2008, les autorités chinoises craignant de nouveaux soulèvements, ferme préventivement le Tibet au tourisme pour les étrangers. Il est donc impossible de se rendre à Lhassa et au Tibet central pendant cette période : le bureau du tourisme à Lhassa ne délivrera aucun permis Tibet.

Seule la R.A.T. est concernée par cette fermeture : le Tibet oriental reste accessible, en particulier le Qinghai et la préfecture de Garzê dans le Sichuan.

Informations sur le train pour le Tibet

– Documents nécessaires pour prendre le train

Pour monter à bord du train, vous devrez présenter votre billet, votre passeport et le permis Tibet (une copie du permis Tibet suffit).  Si votre billet a été réservé par une agence, et que vous avez à le retirer vous-même au guichet, vous aurez besoin de votre passeport, d’une copie du permis Tibet et du numéro de réservation que vous fournira votre agence.

 

 train pour Lhasa
train pour Lhasa

– Se procurer des places

Pour se procurer des places, on doit généralement contacter une agence de voyage ou un tour-opérateur local, et ce pour deux raisons : d’abord, des agences chinoises gagnent de l’argent en achetant à l’avance toutes les places et en les revendant ensuite aux tours-opérateurs. D’autre part, vous avez besoin pour acheter une place d’avoir un permis Tibet, et seules les agences locales pourront vous en obtenir.

– Avantages du train pour Lhassa

Il y a plusieurs avantages de prendre le train pour Lhassa plutôt que l’avion. Le premier est le prix, en général plus bas pour le train, sauf en haute saison (voir remarque plus haut sur la spéculation). Le deuxième avantage est de pouvoir contempler les paysages, notamment à partir de Xining (dans le Tibet oriental) puis jusqu’à Lhassa. De plus, prendre le train pour Lhassa comporte un minimum de 24 heures (en partant de Xining), cela permet de s’acclimater plus progressivement à l’altitude (Lhassa est située à environ 3600m d’altitude) et ainsi réduire les désagréments dû à l’altitude. Voyager en train peut signifier enfin une plus grande proximité avec d’autres voyageurs, et ainsi pouvoir plus facilement échanger avec des locaux.

– Différences entre couchettes dures et molles

La plupart du temps, il vaut mieux choisir des places couchettes que des places assises, la durée du trajet jusqu’à Lhassa étant de 24 heures au minimum.

Il y a deux sortes de couchettes : les dures et les molles. Les couchettes dites “dures” ne sont pas inconfortables pour autant : ces couchettes ont un matelas raisonnablement confortable. Par contre, les couchettes sont réparties dans des compartiments de six. Quant aux couchettes molles, plus confortables, elles sont réparties en compartiments de quatre seulement. Dans ces compartiments, il y a plus de prises électriques, plus d’emplacements pour les baggages et plus de confort en général.

Si vous êtes un groupe de plusieurs personnes, vous souhaiterez logiquement avoir des places voisines dans le train. Or comme expliqué précédemment, les billets s’achètent normalement par l’intermédiaire de tour-opérateurs qui ne vous offrirons pas forcément la possibilité d’avoir des places voisines. Pour comprendre pourquoi, il faut savoir que l’achat des billets de train peut se faire 3 semaines avant le départ. Après quelques heures seulement après l’ouverture, toutes les places sont réservées sur Internet par une multitude de petites agences chinoises qui les revendent plus tard au prix fort aux différents tour-opérateurs. Les tour-opérateurs ont donc parfois du mal à trouver assez de places, et encore moins voisines. Évidemment, plus vous y vous prenez tôt, plus vous aurez des chances d’avoir des places voisines. Dans tous les cas, il vaut mieux contacter votre tour-opérateur au moins 3 semaines avant le départ.- Avertissement sur la distribution des places

Dans le cas où vous n’auriez pas des places voisines, ce n’est pas forcément un problème : la plupart du temps, les autres voyageurs du train seront dans le même cas que vous, il est donc facile d’éhanger vos places avec eux.

– Réserver un compartiment entier

Vous avez pû voir quelque part qu’il était possible de réserver un compartiment entier pour soi afin de s’assurer de sa tranquillité. Pour les raisons indiquées au paragraphe précédent, cela ne se fait pas en pratique car il n’est pas assuré de pouvoir acheter les places qui sont voisines dans un même compartiment.

– Confort dans le train

Dans le train vous avez dans chaque wagon des sanitaires : toilettes et lavabos (voir photos ci-dessous) mais pas de douche. Dans les compartiments couchettes molles, vous aurez sanitaires, eau, électricité, Internet

Sac à dos : quoi emporter ?

C’est toujours une question importante de savoir quoi emporter dans ses baggages, surtout si vous partez pour un trek : vous avez besoin de l’essentiel, sans pour autant vous encombrer.

  • Avant tout, évidemment votre passeport, votre visa, un peu d’argent liquide, votre contrat de voyage avec le programme.
  • Vêtements : au Tibet, il fait doux en milieu de journée (beaucoup de soleil) et peut faire très froid la nuit ainsi que les matins et soirées. Prévoir donc plusieurs couches de vêtements à mettre ou retirer au besoin. En Juillet et Août, il pleut régulièrement, prévoir donc des vêtements adéquats.
  • Si vous faites une randonnée, inutile d’apporter une tente, qui sera fournie par votre agence. Il en est de même pour les sacs de couchage. Mais vous pourrez préferrez vos propres sacs de couchage, plus confortables.
  • Snacks pour pendant la randonnée, fruits secs, etc.
  • Trousse médicale : crème solaire, médicaments contre le rhume, gel hydroalcoolique.
  • Votre appareil photo…

Budget à prévoir

Vous vous demandez combien coûte un voyage au Tibet en moyenne ? C’est évidemment une question cruciale ! Voici les différentes parties à prévoir dans le budget :

  • Visa chinois : pour un visa touristique de 30 jours, simple entrée : 70 €
  • Transport jusqu’en Chine : si par exemple vous êtes en France, vous devez prendre un vol vers une ville de Chine avant de prendre un vol ou un train pour Lhassa. Villes possibles : Pékin, Shanghai, Chengdu principalement. Aller-retour en classe économique : entre 600 et 1200 €.
  • Transport jusqu’à Lhassa (entre la ville chinoise et Lhassa), en train ou en avion. Aller-retour entre 350 et 650 €.
  • Frais d’agence : vous êtes obligés de passer par une agence pour voyager au Tibet. L’agence doit selon la règlementation locale couvrir au minimum : permis Tibet, guide, transports sur place, hébergement et assurance. Là, ça dépend beaucoup de la saison (moins cher de Novembre à Février, plus cher en juillet et Août), du nombre de personnes dans le groupe, et de la qualité de l’hébergement. En général, comptez entre 60 et 120 € par jour et par personne.
  • Repas, visites : les agences n’ont pas l’obligation de comprendre les repas et les visites dans le forfait, et beaucoup ne le font pas, ce qui vous permet de mieux gérer votre budget. Comptez environ 10 € par jour et par personne pour les repas, et 10 € pour les visites.
  • Pourboires : pour votre guide local, et votre chauffeur. Ce n’est pas obligatoire mais recommandé. C’est une pratique très répandue. Comptez environ 10 € par jour pour le chauffeur, et 10 € par jour pour le guide.
  • Vos dépenses personnelles : cela dépend de vous !

Au total pour un circuit d’une semaine au Tibet par exemple : entre 1800 et 3200 € par personne. Ce prix peut aussi augmenter si vous voulez faire un circuit sur-mesure, ou avec de longues randonnées, qui nécessitent de l’organisation supplémentaires de la part de l’agence.

Étapes de réservation

Réserver son voyage au Tibet doit impérativement se faire à l’avance ! Dans l’idéal, 3 mois à l’avance. Les différentes étapes à respecter sont les suivantes :

  • – Contacter une agence de voyage locale pour réserver un tour.
  • – Réserver votre vol pour la Chine. C’est à faire le plus tôt possible. Au moins 3 mois avant le voyage.
  • – Faire votre visa chinois : dès que vous avez vos billets d’avion, vous pourrez faire votre visa. Attention : il ne faut pas faire le visa trop tôt : à partir de 3 mois avant le départ car vous avez 90 jours pour entrer en Chine après émission du visa.
  • – Une fois votre visa obtenu, vous devez transmettre à votre agence sur place les scans de votre passeport et de votre visa : l’agence en a besoin pour obtenir le permis Tibet.
  • – Environ 2 à 3 semaines avant votre départ, votre agence vous confirmera que le permis Tibet a bien été obtenu (sinon, il vous rembourseront votre voyage).

Choisir son agence de voyage

Comme pour tout achat, vous devez comparer différents critères pour obtenir le meilleur rapport qualité-prix. Nos conseils pour choisir votre agence sont les suivants :

  • – Préférez une agence francophone ou anglophone, et qui vous proposera devis précis et un contrat à signer. De cette façon, il n’y aura aucune ambiguïté sur les prestations que devra vous fournir l’agence, et vous pourrez contester plus facilement.
  • – Partez avec une agence en Chine de préférence. Il y a plusieurs raisons : d’abord elle sera moins chère qu’une agence à l’étranger comme au Népal et a fortiori en Europe. D’autre part, S’il arrive un problème quelconque sur place, l’agence en Chine aura plus de facilité pour le résoudre (vous pourrez les contacter plus facilement et ils sont mieux placer pour intervenir). Enfin les agences en Chine auront plus de facilités pour obtenir le permis Tibet, et aussi vous donnerons de meilleurs conseils.
  • – Partez avec une agence officielle, et éviter les offres proposées par des gens qui se disent être guides, ou encore les offres des auberges. Vérifier que l’organisme est en conformité avec les lois sur le tourisme en Chine, qui les obligent à proposer un guide local, les transports sur place, l’hébergement, et une assurance.

Hébergement sur place

Dans la R.A.T. (région autonome du Tibet), il y a des règles assez strictes concernant l’hébergement des voyageurs étrangers au Tibet. Ainsi, il n’est pas possible de dormir chez l’habitant dans cette région. En règle général, il est possible de dormir dans des hôtels ou des auberges de jeunesse. Les hébergements au Tibet sont globalement d’un standard inférieur au reste de la Chine, et a fortiori dans les pays développés. Les auberges de jeunesse sont à éviter car plutôt rustiques (notamment manque d’eau chaude, et sanitaires…), et elles ne sont pas beaucoup moins chères que les hôtels 2 ou 3 étoiles. C’est donc ce dernier type d’hébergement que nous recommandons. Selon la saison et le lieu, une chambre double coûte entre 25 et 50 euros par nuit.
Pendant les randonnées au Tibet, et au camp de base Everest, vous aurez aussi la possibilité de dormir en tente. C’est votre agence qui s’en occupera, inutile d’apporter votre matériel.
Dans le Tibet oriental, vous avez généralement plus de liberté que dans la R.A.T. Cela signifie entre autres la possibilité de choisir des hébergements plus proches de la population tibétaine.

Mal de l’altitude et autres questions de santé

Mal de l’altitude

Le mal de l’altitude (ou mal aigu des montagnes) est un mal très courant à des altitudes supérieures à 3000 m. Le mal de l’altitude est dû à l’appauvrissement de l’air en oxygène. Il se manifeste en général par des maux de têtes, nausées et vertiges. Au dessus de 4000 m, la majorité des personnes ressentent de tels symptômes. Il existe des symptômes plus sévères mais plus rares du mal de l’altitude, allant jusqu’à des œdèmes pulmonaires, le coma et la mort.
Ce mal peut toucher tout le monde, que vous soyez sportif ou non.
Rassurez-vous cependant, en respectant quelques règles élémentaires, vous pourrez limiter le mal de l’altitude :

  • – Ne pas monter trop vite : respecter des paliers et prendre du repos. Pas plus de 900 m par jour et pas plus de 300 m par jour au dessus de 3700 m.
  • – Reposez-vous beaucoup et ne faites pas trop d’efforts, surtout violents. Éviter de boire de l’alcool, éviter les somnifères. Buvez beaucoup d’eau.
  • – Éventuellement, prendre à l’avance des médicaments comme le Diamox. Voir toujours cela avec un médecin ! Il peut y avoir des effets secondaires.
  • – Les personnes en surpoids, les enfants et les séniors ont plus de chance d’être atteint.

Il est possible de respirer de l’oxygène si vous ne vous sentez pas très bien. Normalement les voitures des agences sont équipées de bouteilles. Mais rappelez-vous que la seule façon de supprimer le mal de l’altitude, c’est de redescendre ! Enfin en cas d’urgence rassurez-vous : votre guide tibétain saura quoi faire.

Autres questions de santé

  • – Soleil : le soleil peut être très intense au Tibet, donc si vous avez la peau sensible, prévoir crème solaire, chapeau, lunettes de soleil…
  • – Eau : l’eau du robinet n’est pas potable. Vous devrez consommer sur place de l’eau minérale.
  • – Hygiène alimentaire : pour éviter les diahrées, faïtes attention à ce que vous manger. Prévoir éventuellement un gel hydroalcooloque pour l’hygiène des mains.
  • – Rhume : un simple rhume peut devenir grave au tibet à cause de l’altitude. Évitez de prendre froid et surveillez le cas échéant.
  • – Chiens : éviter les chiens sauvages, nombreux au Tibet, car certains sont porteurs de la rage. Tous les dispenaires sur place ont des sérums au cas où.
  • – Vaccins : hépatite A et typhoïde recommandés. Éventuellement contre la rage si vous avez prévu de passer beaucoup de temps dans des zones reculées.

Comportement sur place

Comme lorsque vous voyagez dans tout autre pays, vous devez respecter des règles de comportements élémentaires. C’est du bon sens que de respecter en premier lieu les lois locales, mais aussi certaines habitudes locales. Dans tous les cas, il s’agit de faire preuve du plus de réserve et de respect possible.
Au Tibet, il faut donc respecter ces consignes générales, ainsi que des règles spécifiques à cette région, à savoir entre autres :

  • – Éviter de parler de sujets politiques ou sensibles avec des locaux, d’autant plus avec des personnes que vous ne connaissez pas bien.
  • – Interdits : ne pas toucher la tête d’un tibétain. Ne pas applaudir ou cracher dans le dos d’un tibétain.
  • – Dans les lieux religieux : respecter le silence. Pas de photos. Se découvrir la tête. Ne pas marcher sur les équipements religieux. Pour tourner les moulins à prières, tourner dans le sens des aiguilles d’une montre (sauf dans les monastères Bön)
  • – Tabous alimentaires : la viande de cheval, d’âne ou de chien, à certains endroits la viande de poisson. Les repas se font généralement en silence.
Partage ce site avec vos amis Merci
asie chine tibet voyage

One thought on “Voyage au Tibet : conseils pratiques sur Visa et permis de visite, Train ,

Comments are closed.

Related Posts